Le vieillissement des populations et l'allongement de l'espérance de vie rendent les indicateurs de mortalité insuffisants pour évaluer l'état de santé des populations. Les autorités sanitaires apprécieraient de disposer d'indicateurs apportant de l'information sur le statut fonctionnel de leurs populations et permettant des comparaisons dans l'espace et dans le temps.

Les espérances de santé - espérance de vie sans incapacité ou espérance de vie en bonne santé perçue, par exemple - sont des indicateurs de santé synthétiques qui prennent en compte la qualité des années vécues. A ce jour, plusieurs dizaines de calculs ont déjà été faits en Europe et dans le reste du monde, mais les comparaisons restent pratiquement impossibles.

C'est à ce niveau qu'Euro-Reves est impliqué. Il s'agit d'une Action Concertée dont les buts sont, en trois ans, (1) d'analyser les difficultés de com-paraison des calculs d'espérance de santé dejà existants, (2) de dresser la liste des problèmes à résoudre pour rendre ces calculs strictement comparables, et (3) de proposer les meilleures solutions, prenant en compte les contraintes économiques et les specificités européennes. Euro-Reves a été créé dans le cadre du 'Programme de Recherche Biomedicale et sur la Santé (BIOMED 1)' de 1990-1994 de la Direction Générale pour les Sciences.

Rapport du premier congrès d'Euro-Reves

van de Water HPA, Perenboom RJM. Report of the first meeting of the Euro-REVES sub-committee Policy Relevance and Conceptual Harmonization. Leiden: Euro-REVES / TNO Prevention and Health, 1995.

disponible auprès de : Harry P.A. van de Water, TNO Prevention and Health, P.O.Box 2215, 2301 CE Leiden, The Netherlands.

Tel: +31 71 181 778, Fax: +31 71 176 382

A partir du 10 octobre :

Tel: +31 71 5181 778, Fax: +31 71 5176 382

E-mail: PERENBOOM@PG.TNO.NL.

Le traité de Maastricht a doté la Communauté, pour la première fois, d'une base légale explicite lui permettant d'intervenir dans le cadre de la santé publique (Articles 3(0) et 129). Fixant comme objectif commun le meilleur des résultats nationaux, le rôle de la Communauté est de supporter les efforts des Etats Membres et de les assister dans la formulation et la mise en oeuvre des objectifs et des stratégies. La con-naissance des problèmes existant, de leur nature et de leur importance est un préalable pour une telle action. L'information sanitaire, en particulier les données sur la santé et les indicateurs, a été identifiée comme prioritaire pour l'action de la Communauté.

En 1993, le Haut Comité de Santé, qui rassemble les représentants des ministres de la santé a établi un groupe de travail sur les données et indicateurs de santé communautaires. Celui-ci a préparé un rapport recommandant le développement d'un Système d'Information Sanitaire Communautaire dans les dix ans à venir. Ce travail avec les commentaires des services de la Commission a constitué le point de départ pour la préparation d'un programme d'action communautaire de surveillance sanitaire. La proposition de ce programme d'action est en cours d'élaboration par les services de la commission (Direction Générale pour l'Emploi, les Relations Industrielles et les Affaires Sociales, DGV) et devra être adoptée par la Commission. Elle sera ensuite discutée au Parlement Européen et au Conseil de l'Union Européenne. Dans ce contexte, Eurostat a l'intention de contribuer à l'établissement d'un système cohérent de données sur la santé et d'indicateurs.

Les espérances de santé sont mention-nées dans les documents préliminaires de cette action et pourraient être inclus dans la future série des indicateurs de santé communautaires. Celà augmenterait considérablement la pertinence d'Euro-Reves dans la mesure o son succès pourrait contribuer directement à la construction d'un Système d'Informa-tion Sanitaire Communautaire.

La pertinence politique des espérances de santé a été précisément le thème du premier congrès général d'Euro-Reves, organisé par Harry van de Water à Leiden (voir page 2 de cette lettre). Le rapport détaillé de ce premier congrès est disponible auprès de Harry van de Water. Le sous-comité sur la santé mentale a profité de cette rencontre pour approfondir la discussion en cours sur les priorités en santé mentale (voir rapport de Karen Ritchie en page 3).

Jean-Marie Robine

Responsable du projet

n°2 ~ Septembre 1995

Editorial

Pertinence politique